>
Nos conseils
>
>
Prêt immobilier : ce qui change en 2018 !
Réglementation   03.01.2018

Prêt immobilier : ce qui change en 2018 !

Prêt immobilier : ce qui change en 2018 !

Un projet d’achat ou de construction d’une maison individuelle pour cette nouvelle année ? Vous vous demandez si les conditions de prêt sont toujours aussi favorables ? Toits de Province fait le tour pour vous de tout ce qui doit changer en ce début d’année dans le secteur des prêts immobiliers : dispositifs Pinel et PTZ, réglementation bancaire, fonctionnement des assurances de prêt…

Sursis confirmé pour le Prêt à taux zéro

Pour le PTZ, le législateur a finalement lâché du lest et a fait le choix de la prolongation. Si vous êtes primo-accédants, vous pourrez ainsi profiter du prêt à taux zéro jusqu’en 2019 mais seulement pour un logement neuf. Devant la protestation des élus des communes rurales et celle des professionnels de la construction, le gouvernement a revu le zonage du dispositif et a finalement décidé de le maintenir dans les zones B2 (territoires périurbains) et C (zones rurales) et plus seulement dans les zones tendues comme prévu initialement. Il est donc encore tout à fait possible de contracter un PTZ dans nos départements du Rhône, de l’Isère et de l’Ain.

Le dispositif Pinel reconduit pour 4 ans 

Vous pourrez finalement bénéficiez du dispositif de défiscalisation immobilière Pinel jusqu’en 2021. Cependant, il sera recentré sur les zones où le marché immobilier est le plus tendu. Seules les zones A, A bis et B1 sont maintenues alors que les zones B2 et C sortent du champ d’application du dispositif. Pour ceux qui en bénéficieront, les avantages restent les mêmes : une réduction d’impôt jusqu'à 6 000 euros/an sur 9 ans. Rappelons que le dispositif Pinel est réservé à l’achat de logements neufs destinés à être mis en location, avec des loyers plafonnés, pendant une durée minimale de 6, 9 ou 12 ans. Ainsi, en optant pour une durée de 12 ans, vous pourrez récupérez jusqu’à 21% de l’argent investi via des réductions d’impôts. Le taux sera de 12% pour une durée minimale de 6 ans.

Changer d’assurance de prêt, c’est possible !

Il est désormais possible pour tous les titulaires d’un prêt immobilier de résilier leur assurance emprunteur à chaque date anniversaire du contrat. Une seule condition sera nécessaire, celle de pouvoir apporter à la banque un contrat d’assurance emprunteur comportant des garanties équivalentes. La mobilité bancaire est aussi facilitée. Les emprunteurs vont pouvoir changer de banque plus aisément. C’est la future banque qui se charge ensuite des modifications de prélèvement, des revenus, des transferts d’épargne et d’assurances. Finies les procédures longues et complexe pour l’emprunteur qui veut s’orienter vers une autre banque.

Les banques plus souples pour la domiciliation des revenus

Autre changement intéressant du côté des banques encore. Celles-ci ne pourront plus obliger les emprunteurs à domicilier leur salaire dans leur établissement sans contrepartie. Jusqu’ici, tout emprunteur concédait à domicilier ses revenus sur une période indéterminée dans la banque qui lui accordait le prêt immobilier. La réforme supprime cette clause d’entrée. Pour fidéliser les clients, les établissements bancaires doivent donc proposer un avantage individualisé en contrepartie de la domiciliation de leurs revenus. Il s’agira généralement d’une réduction des frais bancaires ou d’un taux préférentiel. Enfin, l’obligation de domiciliation des revenus aura maintenant une durée maximum qui ne pourra excéder 10 ans. Cette réforme ne concerne évidemment que les emprunts contractés après le 1er janvier 2018.

Cette nouvelle année, avec des taux d’emprunt encore très intéressants, devrait donc rester encore tout à fait favorable à l’acquisition d’un bien immobilier dans la région. Primo-accession, investissement locatif, constitution d’un patrimoine…tout est encore possible en 2018 !
 

Vous avez aimé ? alors partagez !

D'autres actualités