>
Nos conseils
>
>
Stéphane Rubio, conducteur de travaux chez Toits de Province : « Livrer une maison en retard ? Ce n’est jamais arrivé ! »
Chantier   26.10.2017

Stéphane Rubio, conducteur de travaux chez Toits de Province : « Livrer une maison en retard ? Ce n’est jamais arrivé ! »

Stéphane Rubio, conducteur de travaux chez Toits de Province : « Livrer une maison en retard ? Ce n’est jamais arrivé ! »

Chez Toits de Province, les conducteurs de travaux sont sur tous les fronts. Ce sont eux qui veillent à la bonne réalisation du chantier depuis la commande jusqu’à la livraison au client. Mais comment rassurer ces clients souvent inquiets pendant la réalisation de leur maison ? Pour Stéphane Rubio, conducteur de travaux depuis 18 ans chez Toits de Province, il est important de contrôler toutes les étapes de la construction. Rencontre avec un véritable chef d’orchestre…

Quel est le rôle d’un conducteur de travaux chez Toits de Province ?

Stéphane Rubio : Je suis un peu le patron du chantier, c’est moi qui commande ! J’assure la relation entre le client et les artisans. Je m’occupe de tout ce qui est commande de matériaux, je choisis mes artisans pour faire le chantier, j’implante les maisons. Je contrôle tout jusqu’à la réception de la maison. En ce moment, par exemple, je gère 25 chantiers en même temps et il faut que je fasse en sorte que tout s’enchaîne parfaitement. Je passe 80% de mon temps sur les chantiers pour contrôler tout ce qu’il y a à contrôler. Quand un artisan a fini sa partie, je passe vérifier si ça a été bien fait et si c’est bien ce qu’on a vendu au client.

« Nos artisans travaillent depuis longtemps avec nous »

Comment évite-t-on les mauvaises surprises ?

Stéphane Rubio : En choisissant les bons prestataires. Nous avons des artisans qui, pour la plupart, travaillent depuis longtemps avec nous, voire depuis le début. On a confiance, on connaît leurs compétences. Pour certains, le père travaillait avec nous, a pris sa retraite, et c’est le fils qui a repris derrière et qui travaille toujours pour nous. Ça rassure les clients de savoir qu’il n’y a pas de turn-over important. C’est un gage de qualité.  Et si on a un regain d’activité et qu’il faut faire appel à d’autres artisans, on leur explique comment fonctionne Toits de Province et on exige le même niveau de qualité.

Peut-on toujours assurer au client qu’il aura sa maison dans les temps ?

Stéphane Rubio : C’est ma mission ! En général, au minimum, nous avons 9 mois pour réaliser un chantier. Après c’est à moi de gérer cette durée pour respecter les délais. La plupart du temps, on est même en avance sur la livraison des maisons. Avoir du retard, ce n’est jamais arrivé ! Et ce n’est même pas envisageable ! Mon travail, c’est justement d’être là pour veiller au grain et de s’assurer que tout s’enchaîne bien. Le travail de planification est très important.

Utiliser des matériaux de qualité en maitrisant les coûts

Et côté devis, comment garantissez-vous au client qu’il n’y aura pas de surcoût ?

Stéphane Rubio : On veille d’abord à faire les bons choix techniques pour qu’il n’y ait pas de mauvaises surprises pendant le chantier. En amont, je me rends avec le commercial voir le terrain et c’est moi qui vois s’il faut faire un vide sanitaire, prévoir un drainage ou encore des murs de soutènement pour qu’on budgétise ça avant le démarrage du chantier et que le client soit tranquille d’un point de vue financier. Une fois que le chantier a débuté, on ne demande plus un centime de plus au client.

Et puis chez nous, nos artisans ne font que de la pose. Ils ne fournissent rien, c’est Toits de Province qui fournit tout. Là aussi c’est une garantie au niveau des prix. Pour le maçon, par exemple, c’est moi qui vais commander les bétons. Comme cela, je sais ce qui est utilisé, le nombre de m3, s’il est bien à la norme… Ca nous permet d’utiliser de très bons matériaux et à des coûts moindres parce qu’on négocie en début d’année tous les prix avec les fournisseurs. Les clients de Toits de Province ont ainsi des maisons de qualité avec des matériaux de qualité.

« Je visite tous les chantiers chaque semaine »

Face aux différentes inquiétudes des clients comment réagit-on ?

Stéphane Rubio : En étant très présent sur le terrain. Je passe mon temps sur les routes de la région Rhône-Alpes à sillonner tous les chantiers. Je ne laisse pas un chantier une semaine sans aller le voir. De temps en temps, je peux tomber sur le client, le rassurer. De toute façon, si un client à une question à me poser, je m’engage à lui répondre dans la journée. On reste en contact durant toute la période des travaux. On prévoit aussi des réunions de chantier pour répondre à toutes les interrogations.  Un bon conducteur de travaux doit savoir répondre au stress de ses clients. Pour beaucoup d’entre eux, la construction d’une maison, c’est le projet d’une vie. Ils ont beaucoup d’inquiétudes par rapport à ce qu’on entend à la télé, que tel constructeur a fait faillite, qu’il n’a pas fini la maison ou qu’il y a eu des malfaçons. Et donc ça, c’est à moi de le gérer aussi. Il faut savoir faire preuve de psychologie et de pédagogie.

Vous rassurez aussi les clients par votre expertise ?

Stéphane Rubio : Quand on est conducteur de travaux, on doit connaître tous les aspects du monde du bâtiment. Il faut savoir se tenir informé des différentes évolutions des prix, des matériaux… On se tient au courant des nouveautés, notamment sur tout ce qui est pompes à chaleur, panneaux photovoltaïques où ça change très vite. Une fois qu’on a pris la décision d’utiliser tel ou tel matériau, tel produit, il faut que je sache comment ça marche. C’est une remise en question permanente. Il faut être réactif, ne pas se dire « on a toujours fait comme ça », être réceptif à la nouveauté.

Ma compétence, c’est aussi de savoir réagir à tous les aléas qui peuvent se produire sur un chantier. Il faut être très réactifs pour que nos artisans ne perdent pas de temps. Quand il y a un problème sur un chantier, il faut que j’arrive à le régler dans les 2 heures que ce soit un problème de fournisseur qui est en retard, des matériaux qui ne sont pas arrivés en état. Il faut gérer la crise au plus vite. Bref, il faut un bon chef d’orchestre pour que tout fonctionne bien !

Vous avez aimé ? alors partagez !

D'autres actualités